Auteur: Jennifer Khalil

Physiothérapeute

Voir mon profil

2017-11-02-newsletter

L’imagerie par résonnance magnétique est nécessaire pour déterminer le problème dans mon dos. Mythe ou réalité ?

C’est un mythe ! Et c’est l’un des plus répandus dans le domaine de la santé.

Non seulement l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) n’est pas nécessaire aussi souvent que certains le prétendent, mais de plus en plus d’études démontrent qu’elle serait néfaste pour votre condition. Pourquoi ? Voici trois raisons parmi plusieurs :

  1. Ce que vous y trouverez risque de n’être rien d’autre que le reflet de l’âge sur votre corps, un peu comme prendre une photo de vos cheveux blancs ! La dégénérescence discale est présente chez près de 40 % des 30 ans et moins et chez plus de 90 % des 50 ans de plus[1].
  1. Les résultats des tests radiologiques ne sont pas nécessairement associés avec vos symptômes ou vos capacités. Une étude a montré que 30 % de la population de plus de 40 ans avait une hernie discale lombaire et que ces gens ne ressentaient aucun symptôme[2].
  2. Faire une IRM en début de réadaptation risque d’augmenter considérablement votre durée d’invalidité : quatre fois plus de journées en arrêt de travail, trois fois et demi plus d’arrêts de travail un an après la blessure, une perception d’incapacité plus élevée[3].

Selon les associations de radiologistes canadienne, américaine et française, les tests d’imagerie spécialisés comme les résonnances magnétiques devraient être réservés :

  • aux drapeaux rouges (traumatisme grave récent, nouvelle apparition d’incontinence urinaire ou fécale, antécédent de cancer, etc.) ;
  • en préparation d’une chirurgie ou d’une infiltration ;
  • en l’absence d’amélioration fonctionnelle (on ne parle pas ici de douleur) après 12 à 16 semaines de traitements faits assidûment.

Alors, êtes-vous certain d’en avoir vraiment besoin ?

[1] Cheung, Kenneth MC, et al. Prevalence and Pattern of Lumbar Magnetic Resonance Imaging Changes in a Population Study of One Thousand Forty-Three Individuals. Spine 34.9 (2009): 934-940.

[2] Jarvik, Jeffrey G., and Richard A. Deyo. Diagnostic Evaluation of Low Back Pain with Emphasis on Imaging. Annals of Internal Medicine 137.7 (2002): 586-597.

[3] Graves, Janessa M., et al. Early Imaging for Acute Low Back Pain: One-Year Health and Disability Outcomes Among Washington State Workers. Spine 37.18 (2012): 1617-1627.

 


4 commentaires
Laisser un commentaire