Auteur: Alexis Lasalle

Physiothérapeute

Voir mon profil

La lombalgie : Partie 1

La douleur lombaire ou lombalgie est une problématique extrêmement commune. Elle touche jusqu’à 85% de la population à un moment ou l’autre de leur vie. De ce fort pourcentage, la majorité va s’améliorer dans les 3 premiers mois. Cependant, près de la moitié va présenter une récidive.

Anatomie et nomenclatureSpinal Column_PhysioExtra

Afin de bien comprendre les mécanismes de blessures et les pathologies à la colonne lombaire, il est indispensable de bien comprendre l’anatomie de la colonne vertébrale lombaire.

  • La colonne vertébrale lombaire est composée de 5 vertèbres
  • Chaque vertèbre a une partie rigide à l’avant (le corps vertébral = 1) et un trou au milieu permettant le passage de la moelle épinière
  • Chaque corps vertébral est séparé par un disque = 2
  • Le disque contient au centre un noyau gélatineux semi-liquide qui est retenu en périphérie par un anneau fibreux
  • Chaque vertèbre est reliée par une série d’articulations : les articulations facettaires = 3 qui se trouvent de chaque côté de la colonne
  • Le canal spinal = 4 se situe entre chaque vertèbre et de chaque côté de celles-ci. C’est un petit espace qui permet au nerf spinal = 5 de circuler en toute liberté
  • Le nerf sciatique provient de la combinaison de plusieurs nerfs spinaux. Il débute en lombaire et va jusqu’aux pieds

Lombalgie_PhysioExtraLes nerfs qui proviennent de la région lombaire vont innerver les membres inférieurs. Le bon fonctionnement de ces nerfs nous permet de bouger et de bien sentir nos membres inférieurs. Ainsi, il est important que le canal spinal soit libéré puisqu’une irritation/compression du nerf pourrait perturber ce mécanisme et créer des engourdissements, une diminution de la sensibilité et des faiblesses. Finalement, toutes les structures énumérées ci-haut (muscles, ligaments, articulations) peuvent être source de douleur. Souvent, la lombalgie sera déclenchée suite à une atteinte plus ou moins sérieuse de ces éléments.

Causes des problèmes lombairesnerf sciatique_PhysioExtra

Les écrits sur les pathologies lombaires tendent à démontrer que l’origine des douleurs lombaires est multifactorielle. En effet, elle peut varier selon l’individu, les antécédents de douleur, le niveau d’activité physique, l’emploi…. Aussi, d’autres éléments tels qu’une mauvaise posture au travail ou dans les activités quotidiennes, le travail assis prolongé, le soulèvement de charge dans une position vulnérable (habituellement penchée et en rotation) peuvent fragiliser à plus ou moins long terme la colonne lombaire. Il est important de prendre conscience de ces éléments. Après tout, la meilleure manière de guérir un problème semble provenir de la prévention.

Pathologies lombaires

Une multitude de pathologies existent au niveau lombaire. En effet, le bas de dos est sujet à plusieurs blessures tant traumatiques que dégénératives. La liste ci-dessous est non exhaustive, mais elle peut vous permettre de comprendre un peu mieux les pathologies les plus fréquentes au niveau lombaire.

Une faiblesse de l’anneau fibreux peut engendrer une hernie discale si  la partie plus molle du disque (le noyau gélatineux) sort de sa position habituelle. Une fois le noyau sorti, il peut créer de la douleur/des engourdissements/des faiblesses musculaires en irritant ou en comprimant des racines nerveuses et créer une lombosciatalgie.

Cartilage_PhysioExtraLa lombosciatalgie consiste en une douleur qui descend dans la jambe le long du trajet du nerf sciatique avec ou sans douleur lombaire. http://physioextra.ca/douleur-engourdissement-jambes/

L’irritation facettaire lombaire représente l’irritation des articulations de chaque côté de la colonne vertébrale lombaire. Elle peut être causée en partie par une mauvaise posture (ex : augmentation de la courbure du bas de dos) ou des mauvaises positions de travail.  Habituellement, la douleur ressentie va être plutôt locale et reproduit rarement des symptômes dans la jambe.

D’autres problématiques peuvent être présentes au niveau de la colonne vertébrale lombaire. Par exemple, un spondylolisthésis, une sténose spinale ou une sténose foraminale pour ne nommer que celles-là… Finalement, la douleur lombaire persistante (douleur qui dure plus de 3-6 mois) est à juste titre bien différente de la douleur lombaire aiguë (douleur récente) et de la douleur subaiguë (douleur de moins de 3 mois), puisque l’approche de traitement sera très différente. http://physioextra.ca/douleur-chronique-persistante/

Sommairement, vous pouvez constater que la région lombaire est relativement complexe, d’où l’importance d’en prendre soins et de consulter un physiothérapeute pour bien cibler votre problématique et ses composantes afin de bien orienter les traitements.

 

 


Laisser un commentaire