Auteur: Nicolas Dauphinais-Bazin

Physiothérapeute

Voir mon profil

2018-06-01-newsletter

Whiplash : Vers quoi se tourner lorsque le cou ne tourne plus?

QU’EST-CE QU’UN WHIPLASH?

Le «whiplash», ou coup de fouet, est une blessure au cou résultant d’un mouvement rapide d’avant-arrière de la tête. Ceci arrive, entres autres, lors d’une décélération rapide et soudaine du corps, comme dans un accident de voiture et, moindrement, lors d’une chute ou lors de la pratique d’un sport. La personne souffrant de cette blessure peut ressentir de la douleur au cou et/ou à la tête avec une raideur au cou. Des symptômes similaires peuvent être ressentis lors d’entorses cervicales subies lorsque le cou est maintenu dans une position inadéquate pendant une période de temps (exemple : mauvaise posture de sommeil), ou suite à un trauma n’impliquant pas nécessairement l’accélération/décélération de la tête (exemple : coup sur la tête, faux mouvement du cou dans une position particulière, etc).

QUELLES MÉTHODES DE TRAITEMENTS ONT ÉTÉ DÉMONTRÉES LES PLUS EFFICACES POUR SOIGNER CE TYPE DE BLESSURE AU COU?

Une première méthode pour soigner les douleurs au cou est fort simple, mais non moins banale. Il s’agit de maintenir un bon niveau d’activité physique. En d’autres mots, poursuivre ses activités, à un niveau tolérable et sécuritaire, en dépit de la nouvelle douleur cervicale. Ceci permettrait de diminuer l’emphase sur la blessure, de réduire la douleur et de maintenir un bon niveau de mouvement du cou.

Une deuxième approche de traitement avec support scientifique élevé pour traiter une douleur suite à un « whiplash » serait une approche active, c’est-à-dire via une éducation et des conseils posturaux, ainsi que des mouvements du cou doux et répétés. Encore une fois, il s’agit de maintenir et d’augmenter les mouvements du cou tout en minimisant la douleur. Une troisième approche est l’exercice. Des exercices spécifiques au cou et aux épaules (mobilité, renforcement, étirement, proprioceptif) et cardiorespiratoires (marche, bicyclette, elliptique) permettent une récupération plus rapide et préviennent de futurs épisodes douloureux. Ajouter d’autres modalités telles que de la thérapie manuelle peut augmenter l’effet positif de ces approches. Votre physiothérapeute est bien placé pour vous guider dans ces approches.

D’autres approches prometteuses, mais ayant moins de support scientifique, peuvent être envisagées. La médication en fait partie. Elle peut être très utile dans les cas aigus et dans les cas plus sévères, mais les preuves sont peu claires à long terme. Par ailleurs, l’acupuncture, les manipulations (quand ça fait crac!), les mobilisations (thérapie manuelle) et un suivi en psychologie ajouté aux traitements actifs sont d’autres approches ayant démontré une certaine efficacité.

Finalement, certaines méthodes de traitement ont été démontrées comme n’étant pas efficaces pour réadapter quelqu’un souffrant d’un « whiplash », et peuvent même ralentir la récupération. Les massages employés sans approche active, le port d’un collet cervical, le repos prolongé, la traction utilisée seule, les injections (bloc facettaire, bloc de la racine nerveuse), l’électrothérapie et l’arrêt de travail prolongé en sont des exemples. Il faut cependant garder en tête que chaque cas est différent et que, lorsque certaines méthodes mentionnées plus haut ne fonctionnent pas sur une certaine période de temps, il peut être recommandé d’utiliser une autre approche telle que les injections.

En résumé, les options de traitement ayant le plus de support scientifique font partie intégrante de la pratique de la physiothérapie, que cela soit par l’éducation du patient, l’utilisation d’une approche active, l’élaboration d’un plan d’exercices thérapeutiques et spécifiques au problème, tout comme un plan d’exercices généraux, ainsi que l’intégration des mobilisations manuelles. Je vous suggère donc de vous tourner d’abord vers votre physiothérapeute lorsque les maux de cou se font sentir!

 

Source :

  • Mayo Clinic Staff. Whiplash Definition. (20 janvier 2015). http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/whiplash/basics/definition/con-20033090
  • Centre of National Research on Disability and Rehabilitation Medecine. Whiplash Treatment Options. (Sans date). http://www.conrod.org.au/cms/whiplash-treatment-options
  • Kroeling P, Gross A, Graham N, Burnie SJ, Szeto G, Goldsmith CH, Haines T, Forget M. Electrotherapy for neck pain. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD004251. DOI: 10.1002/14651858.CD004251.pub5
  • Gross A, Forget M, St George K, Fraser MMH, Graham N, Perry L, Burnie SJ, Goldsmith CH, Haines T, Brunarski D. Patient education for neck pain. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 3. Art. No.: CD005106. DOI: 10.1002/14651858.CD005106.pub4
  • Gross A, Kay TM, Paquin J, Blanchette S, Lalonde P, Christie T, Dupont G, Graham N, Burnie SJ, Gelley G, Goldsmith CH, Forget M, Hoving JL, Brønfort G, Santaguida PL. Exercises for mechanical neck disorders. Cochrane Database of Systematic Reviews 2015, Issue 1. Art. No.: CD004250. DOI: 10.1002/14651858.CD004250.pub5
  • Patel KC, Gross A, Graham N, Goldsmith CH, Ezzo J, Morien A, Peloso PMJ. Massage for mechanical neck disorders. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 9. Art. No.: CD004871. DOI: 10.1002/14651858.CD004871.pub4