Auteur: Simon Desrosiers

Physiothérapeute

Voir mon profil

Démystifier l’entorse

Le corps humain est une machine bien complexe. Il est constitué de plusieurs sortes de ‘‘tissus’’ ayant tous un rôle bien spécifique à jouer. Par exemple, le tissu musculaire sert à produire force et mouvement alors que le tissu osseux joue un rôle de support et de protection des organes. Lorsqu’on parle d’entorse, on s’intéresse au tissu ligamentaire. De par leur faible élasticité, les ligaments assurent la stabilité des articulations. En effet, les ligaments sont regroupés autour de toutes les articulations du corps dans le but de limiter les mouvements extrêmes pour lesquels l’articulation n’est pas conçue. Une entorse est une lésion d’un ou de plusieurs ligaments. Voici donc ce qu’il faut savoir au sujet des entorses.

#1 Il existe 3 grades d’entorse

Comme mentionné plus haut, l’entorse est une lésion du ligament qui survient à la suite d’un mouvement forcé qui excède l’amplitude normale de l’articulation touchée. Cette lésion peut être constituée d’un simple étirement du ligament jusqu’à la rupture complète de celui-ci.

Grade I de l’entorse  :

Il s’agit uniquement d’un étirement des fibres ligamentaires, il est possible d’observer un léger gonflement au pourtour de l’articulation.

Grade II de l’entorse :

Il s’agit d’une rupture partielle du ligament (de quelques fibres à la quasi-totalité du ligament). Dans le cas d’une entorse de grade II, il est fréquent d’observer un hématome ainsi qu’un gonflement plus important de l’articulation.

Grade III de l’entorse :

Un grade III signifie la rupture complète du ligament. Il est difficile de différencier une entorse de grade II d’une entorse de grade III à l’œil, car elles présentent des signes similaires. En cas de doute, c’est l’imagerie médicale qui permettra de faire la distinction.

#2 Temps de guérison associé à l’entorse

Comme on peut s’en douter, le temps de guérison varie en fonction de la sévérité de l’entorse. Pour une entorse de grade I, on peut espérer un temps de guérison d’environ 2 à 4 semaines alors que pour une entorse de grade II, la guérison peut facilement excéder 6 semaines. Dans le cas de rupture complète de certains ligaments, une chirurgie orthopédique peut être indiquée.

#3 Traitement en phase aiguë

Le traitement en phase aiguë (autour de la première semaine) consiste principalement à limiter l’enflure et à favoriser des conditions optimales de guérison. Le traitement indiqué peut se résumer par l’acronyme GRÉC :

Glace : Une application fréquente de glace dans les premiers jours suivant l’entorse contribue à diminuer l’inflammation.

Repos relatif : Afin de favoriser la guérison, il faut octroyer un petit peu de repos au ligament en minimisant le stress à l’articulation touchée. Le recours à une canne ou aux béquilles peut être nécessaire. Il est tout de même important de bouger l’articulation dans des amplitudes de mouvements ne causant pas de douleur afin de prévenir le plus possible l’installation d’une raideur articulaire.

Élévation : Placer le membre atteint en élévation favorise la résorption de l’enflure. On veut se débarrasser le plus rapidement possible de l’enflure puisqu’elle ralentit le processus de guérison.

Compression : Encore une fois dans le but d’éliminer l’enflure, l’application d’un bandage compressif peut contribuer au drainage de l’œdème.

entorse

Dans son attirail thérapeutique, le physiothérapeute dispose de techniques pouvant favoriser la guérison, c’est pourquoi il est pertinent de le consulter assez rapidement. Dans le cas d’un traumatisme plus violent ou d’une incapacité à mettre du poids sur le membre atteint, une radiographie peut s’avérer pertinente afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de fracture associée à l’entorse.

#4 Traitement suivant la phase aiguë

Malheureusement, lorsqu’on se fait une entorse, on est plus à risque de s’en faire une autre dans le futur. En effet, le ligament ne récupère pas toujours ses qualités pré-lésionnelles, ce qui signifie qu’un certain jeu articulaire (laxité ligamentaire) peut subsister même après la guérison (cicatrisation des tissus). Par ailleurs, le ligament comprend des récepteurs qui indiquent la position de l’articulation par rapport au reste du corps. Cette fonction se nomme la proprioception. Ces récepteurs perdent leur efficacité à la suite d’une entorse prédisposant ainsi l’articulation à une nouvelle lésion. C’est pourquoi il est primordial d’aller consulter son physiothérapeute afin de se faire prescrire des exercices spécifiques pour rééduquer la proprioception ainsi que les autres mécanismes compensatoires afin de prévenir les entorses subséquentes.

En résumé, l’entorse n’est pas une blessure banale pour laquelle il suffit d’attendre que la douleur disparaisse. Une bonne réadaptation est nécessaire afin de favoriser la guérison et de minimiser les risques de récidives.