Auteur: Pascal Gagnon

Physiothérapeute

Voir mon profil

Épicondylite ou le fameux tennis elbow!

L’épicondylite latérale du coude, appelée communément ‘’tennis elbow’’ est une pathologie qui touche 1 à 3 % de la population générale entre 30 et 65 ans1.  La pathologie survient principalement au moment où les gens demeurent actifs et que les changements dégénératifs tissulaires deviennent plus apparents, soit entre 35 et 55 ans2. D’incidence égale entre les hommes et les femmes3, le muscle le plus souvent atteint serait l’extenseur radial du carpe4, c’est-à-dire l’un des muscles servant principalement à faire un mouvement d’extension du poignet.

Tendinose ou tendinite ?

Des études ont prouvé sans équivoque l’absence de facteurs inflammatoires dans la majorité des tendons affectés par ladite tendinite5. Les normes suggèrent alors d’utiliser de façon plus précise le terme tendinose pour définir une dégénérescence tendineuse.

Un bon examen clinique permettra d’établir un diagnostic précis et pour plus de précision, il a été démontré qu’une échographie est l’outil le plus pertinent à utiliser6 alors que la résonance ne l’est pas7.

Traitements préconisés

Une revue systématique de littérature8 effectuée récemment avec 4 groupes contrôle a statué que :

L’infiltration de cortisone donne un effet de diminution de douleur rapide, mais le taux de récidive est de 55% après 1 an versus seulement 5% dans le groupe ayant eu de la  physiothérapie

La physiothérapie donne un effet de diminution de douleur dans le premier mois, comparable au groupe ayant eu une infiltration.

En somme, la physiothérapie vise à rétablir le mouvement optimal grâce à la thérapie manuelle et à renforcer les muscles affaiblis ayant des micro-déchirures.  À l’intérieur de 4 à 6 semaines, un changement durable devrait être noté.

Pour plus d’information, consultez un physiothérapeute chez Physio Extra!

 

 

  1. Ho and al. 2007
  2. Smidt et al. 2006
  3. Smidt et al. 2006
  4. Cyriax, 1936
  5. Bishai et al. 2006
  6. Du toit and al. 2008
  7. Coomes et al. 2013