Auteur: Christine Chartier

Ergothérapeute

Voir mon profil

L’utilisation d’orthèses dans le traitement de l’épicondylite (tennis elbow)

La fameuse épicondylite! Que ce soit en raison de tâches répétées au travail ou via la pratique de sports (ex. tennis, badminton) ou de loisirs (ex. jardinage), l’épicondylite est une problématique très répandue.

Plusieurs termes signifient d’ailleurs cette atteinte : épicondylite, épicondylalgie, tendinopathie des épicondyliens ou des extenseurs du poignet, tennis elbow, etc.


Qu’est-ce que l’épicondylite? Premièrement, il est important de savoir qu’il ne semble pas y avoir d’inflammation à proprement dit au site de l’atteinte. On parle plutôt d’un désordre tissulaire suite à de microlésions tendineuse ou musculaire à l’endroit d’insertion (épicondyle) des tendons extenseurs des doigts et du poignet. Les tendons constituent le prolongement des muscles, dans ce cas, responsables de faire ouvrir la main, d’élever le poignet.coude

Les principaux facteurs contribuant au développement d’une épicondylite sont les suivants :

  • Exécution d’activités impliquant des gestes comme la préhension (prise avec la main), la torsion ou l’extension de l’avant-bras
  • Exécution en position fixe ou dans une mauvaise posture
  • Répétitions constantes d’un mouvement
  • Exécution de mouvements saccadés de lancer ou de frapper
  • Exécution de mouvements à bout portant (loin du torse) avec le coude en ouverture
  • Utilisation d’une force excessive dans les gestes, de façon occasionnelle ou sollicitation de faible importance mais sur une très longue période
  • Utilisation d’un outil avec composante vibratoire (ex. : ponceuse, sableuse)
  • Temps de repos insuffisant après la sur-sollicitation

Pour remédier à l’épicondylite, il importe d’offrir du repos relatif aux structures problématiques. L’utilisation d’orthèse de coude peut être une façon d’offrir un support à cette région pour en permettre le repos et aider à contrôler la douleur. L’orthèse vient stabiliser le groupe musculaire pour diminuer la force de contraction nécessaire aux muscles pour faire leur action. Il est toutefois important de comprendre que le port d’orthèse ne peut être utilisé comme unique approche de traitement. Il se veut uniquement un aide pour offrir du repos aux structures lésées. L’arrêt de l’activité irritante ou la modification des méthodes de travail pour réduire les facteurs de risque ci-haut mentionnés constituent une des premières lignes de traitement pour la résolution des symptômes.

Quoi faire en physiothérapie ?

Les traitements en physiothérapie sont efficaces pour le traitement de l’épicondylalgie. Des exercices de renforcement spécifiques, que vous pourrez faire à domicile, et des techniques de mobilisations articulaires vous aideront à diminuer progressivement la douleur tout en augmentant la fonction. Certaines techniques de taping neuro-proprioceptif (https://physioextra.ca//les-tapings/) et de mobilisation neurale (https://physioextra.ca//la-neurodynamique/) vous aideront également. Il est aussi fort probable que le physiothérapeute évalue votre cou car de nombreuses blessures au bras proviennent d’une sensibilisation du nerf dès son origine entre vos vertèbres cervicales.

Le choix de l’orthèsebracelet

Plusieurs modèles existent sur le marché et sont disponibles en pharmacie ou dans des centres d’équipements orthopédiques. Il est toutefois essentiel de choisir une grandeur qui permettra de ressentir une légère pression sur l’avant-bras, sans néanmoins se sentir trop serré. La technique d’installation consiste à repérer l’épicondyle avec les doigts; l’endroit qui se veut généralement le point anatomique le plus douloureux lorsqu’on souffre d’épicondylite. On calcule alors l’espace de deux de nos doigts sous l’épicondyle pour appliquer l’orthèse. Il est important de savoir que l’orthèse ne devrait pas être portée la nuit et devrait être retirée environ 10 à 15 minutes chaque deux à trois heures pour éviter les risques de compression nerveuse. Votre physiothérapeute ou ergothérapeute pourra également vous assister quant à l’ajustement de l’orthèse.

Il est possible d’opter pour des orthèses immobilisant temporairement le poignet pour éviter l’exécution de mouvements de poignet qui contribuent à maintenir la douleur. La grande majorité des orthèses de poignet du commerce ne sont que des orthèses de stabilisation et n’offrent pas l’immobilisation souhaitée. Une orthèse sur mesure doit alors être confectionnée par un ergothérapeute. Cette avenue de traitement sera abordée seulement sous recommandations des thérapeutes ou du médecin.

L’acupuncture, une approche efficace dans le soulagement de la douleur à court terme

Des études démontrent que l’acupuncture pourrait aider à diminuer la douleur à court terme afin de vous aider à demeurer actif. Cette approche est donc un bon complément à la physiothérapie et à l’ergothérapie.

À éviter

L’utilisation de l’orthèse souvent appelé bracelet épicondylien ne devrait pas se faire pour permettre la poursuite des activités irritantes. Dans des circonstances où l’orthèse vise à poursuivre l’activité pour uniquement contrôler la douleur, son port est contre-indiqué puisque l’orthèse ne protège pas les structures contre le développement de l’inflammation. Aussi, dans certains cas, le port de l’orthèse peut amplifier les symptômes lorsque la composante neurale est prédominante.

Et les infiltrations ?

De plus en plus d’études tendent à démontrer que, bien qu’elles apportent un soulagement à court terme (8 semaines), les infiltrations augmenteraient le risque de récidive de la condition à long terme en plus de diminuer l’amélioration de la condition après 1 an.

En résumé

Dès l’apparition de symptômes s’apparentant à une épicondylite, examiner vos gestes quotidiens pour identifier rapidement les responsables et consultez un physiothérapeute ou un ergothérapeute qui saura vous aider à mettre en place des stratégies visant à modifier vos méthodes de travail. Le professionnel sera également en mesure de vous conseiller sur la pertinence d’avoir recours à une orthèse en plus d’élaborer avec vous un plan de traitement qui vous permettra de reprendre rapidement vos activités.

Références :
  • Bisset L, Beller E, Jull G, Brooks P, Darnell R, Vicenzino B. Mobilisation with movement and exercise, corticosteroid injection, or wait and see for tennis elbow: randomised trial. BMJ. 2006 Sep 29
  • Coombes BK, et al Effect of corticosteroid injection, physiotherapy, or both on clinical outcomes in patients with unilateral lateral epicondylalgia: a randomized controlled trial. JAMA. 2013 Feb 6;309(5):461-9.
  • Abbott, J. H., Patla, C. E., & Jensen, R. H. (2001). The initial effects of an elbow mobilization with movement technique on grip strength in subjects with lateral epicondylalgia. Manual therapy, 6(3), 163-169.
  • Green, S., Buchbinder, R., Barnsley, L., Hall, S., White, M., Smidt, N., & Assendelft, W. J. (2002). Acupuncture for lateral elbow pain. The Cochrane Library.