Auteur: Sylvie Lapierre

Ergothérapeute

Voir mon profil

L’ergothérapie en santé mentale : qu’est-ce que c’est?

L’ergothérapie, on le sait, s’adresse aux personnes qui ont des difficultés dans leurs activités de tous les jours, que ce soit dans la sphère personnelle, sociale ou professionnelle.

Mais l’ergothérapie en santé mentale s’adresse plus spécifiquement aux personnes qui ont des troubles mentaux communs (TMC), c’est-à-dire la dépression, le trouble anxieux, le trouble d’adaptation et aussi les stress post-traumatiques.

Les symptômes de ces troubles ont un impact important sur les activités de tous les jours de ces personnes, ce qui peut, pour certains, entrainer une invalidité temporaire incluant l’arrêt du travail.

C’est là que l’ergothérapeute en santé mentale peut être amenée à intervenir, à la recommandation d’un médecin, d’un psychologue ou psychiatre ou d’un assureur. Son rôle? C’est la remobilisation des personnes par l’activité et grâce à des objectifs concrets.

L’intervention de l’ergothérapeute commence par une évaluation pour cibler les problèmes. L’ergothérapeute identifie les symptômes physiques, cognitifs ou affectifs comme la fatigue, les difficultés à se concentrer, la tristesse, l’absence de motivation. Surtout, c’est comment ces symptômes impactent la vie du client qui est important. L’isolement, l’inactivité, les difficultés à travailler ou un sommeil difficile, c’est ce que regarde l’ergothérapeute pour réaliser son évaluation initiale.

Le premier volet du traitement, c’est l’enseignement. L’ergothérapeute travaille avec le client sur des stratégies pour gérer l’anxiété, et l’accompagne pour l’aider à reprendre son activité. C’est la première étape.

Ensuite, des rencontres individuelles et personnalisées d’une heure, une fois par semaine, viseront à définir des objectifs pour chaque semaine. Ces « petits objectifs » ont pour but d’aider à reprendre l’activité au fur et à mesure. Prendre une marche, faire le ménage ou aller boire un café avec un ami, ce sont des petites actions qui aideront à la remobilisation de la personne.

Autrement dit, l’ergothérapeute mobilise la personne pour qu’elle reprenne une entière autonomie dans ses activités quotidiennes. Une fois que cette personne a atteint un bon niveau d’autonomie et a relancé ses pratiques habituelles (souvent après 4 et 8 semaines), on peut arrêter le traitement.

L’ergothérapie en santé mentale fonctionne parfaitement avec les traitements chez les psychologues ou psychiatres, ainsi qu’avec la kinésiologie.

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus!