©AG_2942

Ergothérapie

L’ergothérapie en santé physique

À travers l’activité ou la tâche, l’ergothérapie consiste à évaluer, développer et maintenir les capacités fonctionnelles d’un patient présentant des lésions musculo-squelettiques, neurologiques, cardio-respiratoires ou psychologiques. La globalité de la personne est primordiale pour l’ergothérapeute.

L’ergothérapeute travaille à récupérer et renforcir les capacités nécessaires à l’accomplissement d’une tâche, à modifier les postures à risque, à développer des stratégies de gestion de la douleur, du stress et de l’énergie ainsi qu’à faciliter les comportements et méthodes de travail appropriés. En cas d’incapacités résiduelles créant des limitations au quotidien, l’ergothérapeute pourra évaluer les besoins en aides techniques et développer des stratégies de compensations efficaces afin de pallier à cette problématique.

L’ergothérapie traite couramment :

L’ergothérapie en santé mentale

 L’ergothérapie et l’approche cognitivo-comportementale

L’ergothérapeute évalue la façon dont les capacités physiques, cognitives ou affectives et l’engagement social du client sont affectées par la maladie mentale.
Il s’interroge notamment sur la routine journalière du client et sur les obstacles pouvant nuire à son fonctionnement. Il accompagne ce dernier dans un processus de réintégration graduelle des activités de la vie quotidienne et donne à son client des outils pour gérer les problèmes rencontrés.
La combinaison de l’ergothérapie et de la kinésiologie : des résultats encourageants

Il est maintenant démontré que l’activité physique engendre des effets positifs sur le plan psychologique (augmentation du niveau d’énergie, amélioration de la qualité du sommeil, etc.).

En travaillant conjointement avec un ergothérapeute et un kinésiologue, on peut obtenir des résultats éloquents et durables. Le kinésiologue, à travers ses interventions, a pour objectif de rendre la personne autonome tout en améliorant sa condition physique et en lui enseignant la façon de faire pour adopter de saines habitudes de vie.

Les deux disciplines combinées permettent ainsi de :

  • Augmenter le niveau d’énergie;
  • Diminuer l’anxiété et en permettre une meilleure gestion;
  • Diminuer les symptômes de dépression (manque de motivation, isolement, désespoir, tristesse, perte d’appétit, perte d’intérêt, manque de confiance)
  • Améliorer la qualité du sommeil;
  • Augmenter l’endurance générale à l’effort;
  • Augmenter les capacités fonctionnelles;
  • Améliorer l’estime de soi;
  • Renforcer le sentiment de contrôle et d’efficacité.

En somme, la diminution des symptômes associés à la maladie et la récupération d’un bon niveau de fonctionnement et de saines habitudes de vie permettent aux clients de retrouver une plus grande qualité de vie ainsi que leur autonomie.